Qu’est-ce que l’économie verte au juste ?

On constate que le virage vers l’économie verte est de plus en plus important. L’économie verte va non seulement améliorer le bien-être et la disparité sociale tout en procédant à la protection de l’environnement, mais en même temps, elle permet aussi d’éradiquer la pauvreté dans des pays en développement et d’offrir surtout une marge de création d’emplois.

Informations générales sur ladite économie verte

Concrètement, l’économie verte est un concept fondé sur l’économie sobre en ressources naturelles. En effet, elle vise surtout à supprimer les pollutions, notamment l’émission de dioxyde de carbone, tout en exploitant au mieux les ressources énergétiques disponibles. On peut donc considérer ce concept comme étant la réponse du marché née de la contrainte environnementale. L’économie verte considère la dimension environnementale comme une aubaine d’améliorer la notion de développement durable. Eh oui, contrairement aux autres modèles d’économies, plus particulièrement celles qui sont qualifiées de gris ou de noirs, l’économie verte respecte bel et bien les règles et critères du développement durable en vigueur. D’autre part, pour des pays en développement, ce modèle économique est un véritable catalyseur indispensable de croissance et de la suppression de la pauvreté. Les innovations qui y sont liées favorisent bel et bien la création d’emplois.

Quels peuvent être les secteurs liés à l’économie verte ?

Pour faire simple, plusieurs secteurs d’activités sont concernés par l’économie verte, étant donné que les sujets environnementaux d’aujourd’hui (pollution d’eau, de l’air, des sols, réchauffement climatique, réduction des ressources naturelles…) touchent aussi bien les consommateurs que les entreprises publiques et privées, sans oublier les diverses associations. Les mutations en cours concernent aussi bien les secteurs de l’environnement que les secteurs traditionnels qui visent de nouveaux marchés. Dans les filières de l’environnement, on peut citer les énergies renouvelables, la gestion des déchets et traitements des eaux, la protection du patrimoine naturel, la construction écologique… Pour ce qui est des filières traditionnelles qui s’ouvrent à de nouveaux marchés, il y a le transport, le bâtiment, l’agriculture, la filière bois, le tourisme, les réseaux électriques intelligents, les biocarburants et la chimie verte, les imprimeries vertes, et beaucoup d’autres.

Commerce équitable pour une économie verte

Le commerce équitable s’agit d’un commerce solidaire composé de petits producteurs des pays en développement. Il est bien évidemment responsable d’un point de vue environnemental. Ici, le producteur est mieux rémunéré grâce à la baisse de la marge destinée aux intermédiaires. Par ailleurs, les enjeux du commerce équitable et du développement durable sont intimement liés. Ce commerce permet de favoriser le développement des économies locales des pays du sud tout en respectant une charte éthique : réduction des consommations de matières premières, réduction de la consommation énergétique, réduction de transport, comptes transparents, éradication du travail des enfants, respect de la liberté syndicale…

Quels sont les différentes stratégies écologiques en entreprise ?
Les entreprises vertes : promoteurs de solutions environnementales !