Que se passe-t-il lors d’un retard dans son remboursement mensuel ?

Au cours du remboursement de vos mensualités, certaines circonstances imprévues peuvent vous déstabiliser. Eh oui, avoir des difficultés pour honorer ses mensualités, ça peut arriver à tout le monde ! Cependant, en cas de défaillance dans le remboursement mensuel, l’organisme prêteur dispose de nombreux recours, allant d’un simple rappel à l’ordre à des sanctions sévères.

La mise en demeure

En cas de non-remboursement mensuel, votre banquier va d’abord commencer par le commencent, c’est-à-dire l’envoi d’une mise en demeure par courrier qui vous demandera de régler au plus vite vos arriérés. Cette lettre peut dans ce cas être formulée par l’organisme prêteur lui-même via une lettre recommandée avec accusé de réception, ou par un huissier de justice sous forme de sommation. Il se pourrait que le prêteur fasse appel à des sociétés de recouvrement qui vous inciteront à régler au plus vite la somme due. Si une personne

L’inscription au FICP

Au cas où le retard de payement persiste, par exemple après deux à trois mensualités de suite impayées, l’organisme prêteur peut vous inscrire directement au fichier des incidents de remboursement des crédits aux particuliers (FICP) de la Banque de France. Cette fiche est donc conçue pour vous protéger contre le surendettement et bien sûr de recenser les mauvais payeurs. Qui plus est, une fois inscrite sur la liste noire de la Banque Nationale, vous pourrez y rester plusieurs années. Durant tout ce temps, aucun organisme de prêt ne vous accordera aucun crédit supplémentaire, sachant que les autres banques ont bel et bien accès au FICP.

Retard de remboursement mensuel : gare aux conséquences !

Hormis l’inscription au FICP, l’organisme prêteur pourra également enclencher les procédures de la saisie de vos garanties dans le cas où le retard des mensualités persiste : votre caution, votre salaire et votre hypothèque. Il y a aussi l’augmentation du taux d’intérêt du crédit (de trois points, voire plus). Ici, la banque ne vous oblige pas à rembourser l’ensemble de la somme due. Ces intérêts de retard resteront en vigueur tant que le remboursement mensuel ne se régularise pas. D’autre part, il y a certains établissements prêteurs qui précisent dans le contrat de prêt que si vous ne respectez vos mensualités, l’organisme pourra directement vous obliger à rembourser le capital encore dû. En plus de cela, il se pourrait aussi qu’il vous exige une indemnité : en général un taux qui ne dépasse pas les 7% de la somme encore à rembourser et des intérêts non versés.

Quel informations fournir pour réaliser les démarches réglementaires ?
Quels sont les réglementations d’investissement dans les prêts ?